Généralités sur les spécificités françaises

De Wikirak
Aller à : navigation, rechercher

A l'époque où Goldorak est diffusée pour la première fois, la France n'a que trois chaînes de télévision (chaînes de service public sous tutelle de l'Etat. La 3ème ne diffuse toutefois qu'à partir de la fin de journée). Elle vient de connaître une réforme de la politique de télédiffusion avec l'éclatement de l'ORTF et l'affirmation progressive de chaînes plus autonomes. Elle ignore tout des séries Mazinger (donc de la culture des robots géants) qui ont connu le succès au Japon et de l'animation japonaise en général. Ceci est la première raison du succès phénoménal de la série qui arrive en juillet 1978 telle un OVNI sur la deuxième chaîne, dans l'émission pour enfants RécréA2 animée par Dorothée (voir aussi La fiche technique - version française).

Goldorak n'est pas la 1ère série japonaise à être diffusée sur une chaîne française mais elle est la première à "faire un carton" immédiat auprès des enfants en même temps qu'elle génère la polémique chez les adultes ! La nouveauté, le rythme, les génériques et BGM comptent pour beaucoup dans la "folie" qui s'empare des enfants à partir de juillet 1978, contre toute attente de la responsable du service Jeunesse d'Antenne 2... qui refusait sa diffusion depuis son arrivée au début de 1978. Voir Histoire de l'arrivée de la série en France.

Parmi les raisons qui la feront changer d'avis : un contrat signé l'année précédente par son prédécesseur pour 52 épisodes, un doublage déjà effectué et payé et un succès immédiat à compter d'Avril 1978 en Italie. Pour que le vendeur français et la société Tôei puissent s'y retrouver, il faut lancer la phase de merchandising, donc diffuser coûte que coûte la série ; elle démarrera le 3 juillet.

Il faut voir cette VF non comme une traduction mais comme une adaptation de l'œuvre originale, assurée par le comédien responsable de l'équipe de doublage : Michel Gatineau. La VF a parfois considérablement déformé (volontairement ou non) la psychologie des personnages et le sens de certaines scènes, ce que l'accès à la VO permet de corriger. Voir Les modifications.

Cette adaptation (dont les génériques) et plusieurs initiatives qui ont vu le jour en matière de produits dérivés (en particulier BD illégales) ont pu, pour les japonais, ressembler à un mépris total de l'œuvre et des auteurs, de la part des français. Mais nous ne sommes pas là pour faire de quelconque procès ni pour prendre parti. Il ne faut pas oublier que l'adaptation s'est faite sur la base, non pas de la VO mais d'une traduction en anglais de cette VO, traduction fournie par les japonais eux-mêmes. En outre le manque de communication détendue France-Japon n'a certainement pas facilité les choses à l'époque. Décortiquer ces sujets n'est pas l'objet de la présente encyclopédie.

Les principaux repères de l'histoire de Goldorak en France peuvent être trouvés ici :

Les textes VF/VO des épisodes sont repris dans chaque fiche-épisode du chapitre 3 ; Attention ces textes sont protégés.

Les repères plus techniques sont consultables dans la fiche technique détaillée.