Nos moments de réélle folie.

Un petit coin pour causer de tout et de rien et qui n'a pas de rapport direct avec goldorak
Répondre
Avatar du membre
Monsieur Vilak
Grand Goldorak
Grand Goldorak
Messages : 17623
Enregistré le : lun. janv. 02, 2006 23:32 pm

Nos moments de réélle folie.

Message par Monsieur Vilak »

Comme tout le monde, j'ai connu des moments dans ma vie où j'ai "débloqué", comme on dit.

Pourtant, si je devais retenir un seul moment de ma vie où j'ai vraiment perdu pied à la réalité, je choisirai celui-ci :

C'était le jeudi 14 juillet 1994 en début d'après midi.
J'avais passé la nuit et la matinée dans un train Corail, un trajet qui avait duré une douzaine d'heure. J'avais très peu et très mal dormi.
Quand je suis descendu du train, mort de fatigue et courbaturé, il y avait un soleil de plomb qui m'a mis mal à l'aise et j'ai retrouvé ma mère qui était venue me chercher.
Après un sandwich pris en vitesse, nous avons fait une trentaine de kilomètres en voiture pour rejoindre la maison de mes grand parents où, le dimanche, nous fêterions leur 60 ans de mariage et mon vingtième anniversaire.
Cette vieille ferme était fraiche, presque froide et je me suis retrouvé dans le brouillard autour d'une grande table, entouré d'oncles, de tantes et de cousins que je n'avais pas revus depuis parfois dix ans.
Je ne sais plus de quoi on parlait autour de moi mais à un moment ma mère a dit un truc, un truc dont je ne me souviens pas mais qui n'avait rien de particulier et devait être fort à propos dans la conversation.

Et bien à ce moment-là, j'ai de toute mon âme été convaincu que c'était la fin du monde, au sens littéral du terme!
Oui, parce qu'elle avait dit ça la vie sur Terre était finie, la planète s'arrêterait de tourner ou exploserait, je ne sais pas trop.

Ca a peut-être duré dix secondes avant que je ne réalise que je partais grave en sucette et que je monte me coucher, mais ces dix secondes de terreur absolue devant la mort certaine, je m'en souviens encore...
Prend Goldorak, parles-en, rassemble les gens qui partagent cette passion et rend la plus vivante.
Au final, il y aura encore plus de Goldorak pour toi-même et pour le monde.

Merci Monsieur Huchez...

WIKIRAK
Répondre