La genèse dans les étoiles

Vous avez créé un petit truc personnel sur Goldorak que vous souhaitez partager, alors c'est ici que ca se passe
(fan-art; fan-fiction; figurines etc...)
Répondre
Avatar du membre
aphelia
Grand Goldorak
Grand Goldorak
Messages : 264
Enregistré le : ven. sept. 19, 2008 14:29 pm

La genèse dans les étoiles

Message par aphelia » sam. nov. 23, 2019 10:58 am

Je vous propose une nouvelle qui est dans mon recueil de nouvelles sur le thème de la rencontre

HISTOIRE SIX : LA GENESE DANS LES ETOILES
Une fois n’est pas coutume, je vous propose une nouvelle de science-fiction qui pourrait être une genèse à un dessin animé qui a bercé mon enfance.
La princesse Albédia vivait sur une planète appelée N33, située très loin du côté de Stikadès. N33 ressemblait beaucoup à la terre : même atmosphère, des plantes, des hommes et des femmes vivaient en parfaite harmonie avec la nature. Les végétaux n’étaient pas comestibles et les eaux polluées, seuls de grands oiseaux semblables à nos aigles pouvaient servir de nourriture, de matériaux pour les sacs. Ses plumes étaient assez résistantes pour faire des toitures, des habits et toutes sortes de choses qui servait au quotidien. N33 avait une population de 55 000 habitants dont les ¾ étaient de brillants scientifiques. Le roi et la reine régnaient de manière sereine et pacifique. Respectés, ils s’entendaient bien avec les autres planètes : Euphor, Stykadès. La terre leur était inconnue. Avec Euphor, ils faisaient beaucoup d’échanges de matières premières, de résultats d’expériences sur les plantes ou autres. Avec Stykadès, ils n’avaient pas de relations particulières. Le roi Meladon n’appréciait pas trop l’animosité permanente du roi de Stykadès, celui qu’on appelera le Grand Stratéguerre.
La princesse, belle comme le jour, et tendre comme la mie de pain, était courtisée par tous les princes des autres planètes et particulièrement par le prince d’Euphor. Il était favori et plaisait beaucoup à Albédia.
Le roi d’Euphor était lui aussi un roi pacifique, à la pointe de la science, de la technique. Il voyait d’un très bon œil la relation de son fils et qui allait devenir roi et de la Princesse Albédia. Elle correspondait à la femme qu’il souhaitait pour son fils : belle, douce, intelligente, digne, pure et pacifique. La reine était de son avis.
Les deux enfants se rencontraient et avaient de s’apprécier. Les deux rois décidèrent d’organiser un grand bal pour célébrer la promesse de fiançailles de ces jeunes tourtereaux. D’un commun accord, le lieu fut choisi et cela serait la belle Euphor avec ces fleurs rouges, ses lacs, ses chevaux, ses musiciens. C’était l’endroit rêvé pour officialiser un amour aux yeux de tous. Beaucoup de princes furent déçus mais tous approuvèrent le choix de la Princesse, seul comptait son bonheur. Le roi de Stykadès et son fils furent parmi les invités.
Le Prince avait mis son costume d’apparat et le colliers symbole de le royauté d’Euphor et la Princesse était magnifique dans une robe couleur de soleil qui mettait en valeur ses beaux yeux verts, avec ses cheveux châtains en chignon. Elle portait comme seule parure un collier d’ambre.
Le lac avait été aménagé et décoré pour recevoir les fiancés.
Le fils du roi de Stykadès regardait cette belle femme avec envie. Des fiançailles, c’étaient une promesse de mariage mais il y a une loi que les fiançailles sont définitives qu’au bout de cinq jours, cette cérémonie n’était que les promesses. Cinq jours, c’est long. Il peut se passer tant de choses en cinq jours…
Après ce jour, le Prince alla voir la Princesse. Elle surmonta son dégout devant un homme aussi laid et respirant la méchanceté mais elle le reçut avec l’honneur dû à chaque visiteur. Il resta longtemps à la regarder, elle était si belle. Il lui dit que si elle ne rompait pas ses fiançailles avec le Prince d’Euphor, il lui arriverait malheur. Puis, il fit l’éloge de sa planète : il avait l’armée la plus puissante de l’univers et les scientifiques les plus audacieux. Albédia connaissait cette planète, savait que son père n’avait jamais eu le courage d’une guerre mais que son fils, lui, aurait ce courage. Il était dangereux. Ne pas faire ce qu’il dit condamnait à mort le Prince tant aimé. Il fallait choisir entre la paix et la vie du son aimé et son amour et son bonheur. Elle ne dit rien. Il lui donna un jour pour réfléchir. Comme, elle ne put se décider assez vite, le Prince de Stykadès formenta un attentat contre le Prince d’Euphor lors d’une réunion d’échange de matières premières. Hélas, ce ne fut pas le Prince qui mourut mais sa mère, la reine d’Euphor en le voulant le protéger. Les mercenaires, membres de la sinitre Division Ruine, se suicidèrent, leurs actes manqués, pour ne pas parler. Ce fut une tragédie pour Euphor qui avait perdu sa reine bien aimée et pour la planète N33 car Albédia rompit ses fiançailles avec le Prince d’Euphor pour préserver la paix entre les trois royaumes. Elle se fiança avec le Prince de Stykadès et se maria avec cet homme qu’elle détestait sur une planète enfumée, poluée, froide et sans âme. Le Prince d’Euphor ne sut pas tout de suite pourquoi elle avait soudain changer d’opinion à son sujet. Elle lui expliqua tout peu de temps après son mariage. Le Prince comprit qu’elle s’était sacrifiée car elle ne voulait d’autres morts. Il se remaria à une femme d’une autre planète, elle aussi belle et douce et il devint roi et il eut un fils Actarus et beaucoup plus tard une fille : Phénicia.
Albédia fut malheureuse sur cette planète ressemblant à une grosse industrie. Le roi mourut bien vite après le mariage et son mari devint le Grand Stratéguerre, craint et despote. Vrai tyran, il ne s’occupait que de faire la guerre et restait sur son trône des jours entiers sans lui dire un mot. Une fille naquit de leur union : Vegalia. Elle ressembla à sa mère mais avait une autorité innée, la dignité d’une cheffe. Son père devint de plus en plus fou et voulut devenir le maître de l’univers. Quand le Grand Stratéguerre apprit que sa femme avait envoyé une lettre au Prince d’Euphor, il l’envoya directement à la grande prison, aux travaux forcés d’Akéreb la rouge d’où elle ne revint jamais. Elle mourut seule d’épuisement. Sa fille ne sut jamais rien à propos de sa mère.
Le temps passa.
Actarus avait grandi et était devenu un homme athlétique avec de beaux yeux verts. Il aimait les chevaux, la guitare, sa petite sœur et la paix. Puis, il devint amoureux de Végalia. Mais, avant les fiançailles, le Grand Stratéguerre décida d’attaquer Euphor, les survivants furent réduits en esclavage et Actarus dut s’enfuir vers la terre. N33 connut peu après le même sort qu’Euphor. Le roi et la reine furent massacrés et les survivants furent envoyés en esclaves sur Akéreb la Rouge. Le roi ne s’était pas armé, comme Euphor, car il ne pensait pas que le Grand Stratéguerre aurait la cruauté de détruire des planètes en relations étroites depuis toujours et qui ne pouvaient pas se défendre.
La suite de cette histoire, vous la connaissez si vous avez vu Goldorak.

Avatar du membre
Monsieur Vilak
Grand Goldorak
Grand Goldorak
Messages : 11539
Enregistré le : lun. janv. 02, 2006 23:32 pm

Re: La genèse dans les étoiles

Message par Monsieur Vilak » sam. nov. 23, 2019 11:12 am

Merci pour cette histoire!

Je n'avais jamais pensé de mon coté à raconter les origines de Végalia à travers l'histoire de ses parents.

Tu l'as très bien fait.

Merci pour ce moment de plaisir.
Prend Goldorak, parles-en, rassemble les gens qui partagent cette passion et rend la plus vivante.
Au final, il y aura encore plus de Goldorak pour toi-même et pour le monde.

Merci Monsieur Huchez...

WIKIRAK

Répondre